Le maire de Montlignon et les riverains excédés par les rodéos et rassemblements nocturnes en forêt

Il y a quelques jours, les amateurs de deux-roues se sont retrouvés en haut de l’avenue de Domont pour du rodéo en forêt. “Beaucoup de gens se promènent là”, insiste une riveraine.

 

Les rendez-vous nocturnes, avec rodéos à moto-cross et barbecues à la clé, sont de retour à la lisière et à l’intérieur de la forêt de Montmorency.

Des riverains, avenue de Domont et chemin de la Marée (le long de la forêt) ont contacté la municipalité de Montlignon (Val-d’Oise) pour faire remonter leur doléances.

Un sujet que connaît bien le maire, Alain Goujon (Lr), qui avait organisé une visite, il y a seize mois, avec la députée (Horizons) Naïma Moutchou, des représentants des forces de l’ordre et de l’Office national des forêts, pour tenter de faire bouger les lignes.

Las, à entendre Alain Goujon « rien n’a changé. Il faut arrêter avec les effets d’annonce ».

Venant du Val-d’Oise, de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine, des passionnés de moto cross venaient règulièrement là, depuis le confinement au printemps 2020, s’en donner à cœur joie au grand dam des riverains et de leur sécurité. Ils avaient alors écrit au préfet de l’époque.

 

Une affaire qui remonte au premier confinement

« C’est devenu un spot », dénonçait un habitant, regrettant la non-intervention des forces de l’ordre quand elles sont sollicitées. La police expliquait de son côté que « le terrain est compliqué et nous ne sommes pas équipés de moto cross ». En 2020 quatre deux-roues avaient été saisis.

« Le rappel à la loi ne suffit pas », insistait Alain Goujon.

Un an plus tard, bis repetita. Malgré la chaleur et les beaux jours, les riverains semblent avoir été épargnés mais « depuis une huitaine de jours c’est reparti, dit le maire. Un rassemblement de motards s’est tenu vendredi. J’ai fait en sorte que la police intervienne mais ils n’ont même pas pris les identités, leur demandant seulement de se calmer… »

 

Pas de verbalisation

« Ils ont ainsi refusé de verbaliser les nombreuses voitures qui bloquaient la route ni les scooters sortant de la forêt et encore moins les motos. On nous a dit qu’il n’y avait pas de délit. Les gens descendaient de la forêt avec des bidons d’essence… Vous imaginez les risques. Il vient de pleuvoir mais il y a quelques jours, tout était sec », ajoute Céline, une riveraine, qui a porté plainte après avoir été agressée verbalement et bousculée, elle et sa fille. « Ils ont menacé de mettre le feu à mon pavillon ».

 

Le maire remonté

Le maire, très remonté, dont les moyens d’action restent limités, vient de prendre un arrêté pour interdire les rodéos et les barbecues en forêt. « Je pense qu’après les déclarations récentes du préfet, qui a parfaitement raison, les choses vont changer, espère l’élu. Il a annoncé vouloir multiplier les interventions. De notre côté, nos moyens avec la police municipale, sont limités. On ne va pas courser des moto cross non immatriculées et prendre des risques d’accident ».

 

Retour au calme ?

Un tour de vis consécutif au drame de Pontoise où deux enfants ont été fauchés par un deux roues faisant du rodéo urbain. Le maire de Montlignon, partisan d’une saisine des deux-roues et de leur détérioration immédiate, souhaiterait aussi « l’intervention de l’Office national des forêts par rapport à ce qui se passe en forêt. Il devrait y avoir des patrouille à cheval ».

Depuis ces incidents, le calme semble revenu. Les habitants espèrent que ce n’est pas de courte durée. « C’est un endroit très fréquenté par les habitants, les enfants et ceux qui promènent leurs chiens. Les rodéos sont extrêmement dangereux en forêt », conclut Céline.

 

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article.

 

 

Articles similaires